Le Renouveau

 

 

 

Informations recueillies sur l’activité des Doors, extrait du magazine Rock and Folk.



2002 : Les Doors se reforment ! C'est ce que viennent d'annoncer

Ray Manzarek et Robby Krieger. Ils devraient se réunir pour un concert le 6 septembre au California Motor Speedway du côté de Los Angeles. Ian Astbury devrait remplacer le défunt Jim Morrison sur une bonne partie des morceaux mais quelques invités prestigieux sont également attendus. Ray Manzarek, Robbie Krieger et John Densmore ont déjà écrit de nouvelles chansons qui pourraient composer un nouvel album des Doors en 2003 ou en 2004 ! Une tournée américaine et européenne devrait être annoncée au printemps 2003 ... John Densmore, souffrant d’acouphènes, ne profitera pas du nouveau départ des Doors.

8 juillet 2002. Densmore a été inébranlable dans son refus d'autoriser la musique de The Doors pour une utilisation dans des publicités télévisées , y compris une offre de 15 millions de dollars par Cadillac pour louer la chanson " Break on Through (To the Other Side) ", estimant que ce serait en violation de l'esprit dans lequel la musique a été créée. Densmore a écrit sur ​​ce sujet pour The Nation : « Les gens ont perdu leur virginité sur cette musique [...]. J'ai rencontré des gens me parlant de leurs enfants morts au Vietnam qui écoutaient cette musique, d'autres personnes me dire qu'ils connaissent quelqu'un qui n'a pas commis le suicide à cause de cette musique ... Sur scène, quand nous avons joué ces chansons, on se sentait mystérieux et magique. Ce n'est pas à louer. »

Les portes se ferment sur la reformation de The Doors. En Février 2003, le batteur John Densmore a intenté un procès au clavier Ray Manzarek et au guitariste Robby Krieger. Les deux musiciens avaient en effet sollicité les talents de l'ex-chanteur de The Cult, Ian Astbury, et de l'ex-batteur de Police, Stewart Copleland, pour un concert sous le nom de The Doors of the 21st Century, prévu à Los Angeles. Le plaignant a déclaré à la presse américaine : « Respect pour Ian et Stewart, mais ce show n'a pas de sens ... un mec qui porte le pantalon en cuir de Jim ? Il y a des groupes de reprises des Doors dans toutes les villes ». Le concert a finalement été annulé.

La reformation des Doors est décidément sujette à beaucoup de polémiques. Les parents de Jim Morrison ont déposé une plainte devant la Cour Suprême de Los Angeles contre les deux ex-Doors qui tentent de reformer le groupe, Ray Manzarek et Robbie Krieger. George et Clara Morrison pensent que le duo s'approprie « malicieusement et d'une manière inappropriée» le nom des Doors et qu'il utilise les poésies et l'image de leur fils sans leur permission. L'ex-batteur des Doors, John Densmore et son remplaçant, rapidement écarté, Steve Copeland, ont eux aussi les nerfs à vif ! Avec celle de la famille de Pamela Courson, cela monte donc à 3 le nombre de poursuites engagées contre Ray Manzarek et Robbie Krieger. Rebaptisé D21C, le duo cherche toujours à sortir un nouvel album et à partir pour une énorme tournée mondiale … mais une injonction les oblige à changer de nouveau de noms.

"Voilà les Doors troisième millénaire"

Le 8 décembre prochain, Jim Morrison aurait eu 60 ans. Un détail qui n'est pas resté inaperçu des anciens Doors qui convergeront à l'occasion vers la ville lumière pour donner un concert événement au Zénith ...

 

Los Angeles, envoyée spéciale. Sympa, Ray Manzarek. Une demande d'interview ? Pour la France ? On se retrouve en un clin d'œil chez le clavier et bassiste des légendaires Doors. Entre quelques ennuis de plomberie (« tu t'en occupes ? » demande-t-il à sa femme), Ray se consacre à l'interview avec un bonheur total.

 

La chanson de Jim

Rock&Folk : Parlez-nous de la tournée. Ce doit être assez spécial, non, de reformer les Doors en 2003 ?

Ray Manzarek : Absolument et totalement ! Nous avons tous l'œil sur Paris, bien sûr, ce sera un très gros événement pour nous tous. Nous sommes excités, oui. Et la tournée est très spéciale parce que nous jouons l'album "LA Woman" dans son intégralité, de "Changeling" à "Riders On The Storm", nous donnons tout l'opus. C'est une très grande première. Et puis il y aura tes hits que tout le monde réclame, bien sûr ...

 

R&F : Y a-t-il une chanson que vous ne pouvez pas jouer ?

Ray Manzarek : Bien sûr. Il y en a une. The End. Cette chanson est beaucoup trop personnelle, c'est vraiment la chanson de Jim ...

 

R&F : Quand l'idée de la tournée a-t-elle germé ?

Ray Manzarek : Pendant l'émission de la chaîne VH1, "The Doors Storytellers". Pour cette spéciale le trio des Doors avait été accompagné par plein de jeunes chanteurs rock. Ce fut un moment exceptionnel. Nous nous sommes trop amusés, il fallait le refaire. Reprenons la route, quoi ! Mais il a fallu attendre le bon moment. Donc j'ai fait une tournée avec le poète beat Michael McClure. Piano, impros ... et j'ai vu des centaines de gamins qui venaient chaque soir me demander de remettre le couvert. C'était sans appel. J’ai appelé Robbie Krieger. Lui tournait avec son groupe ... et on lui posait les mêmes questions ' "Vous remontez les Doors quand ?" Ensuite les gens de Harley Davidson nous appellent. Pour leur centième anniversaire, ils voulaient que les Doors se reforment à Los Angeles. Et là, nous avons craqué. Il fallait qu'on essaye.

 

R&F : Problème de chanteur, non ?

Ray Manzarek (rires) : Très léger. Et là, on nous dit que lan Astbury est disponible. Le Cult avait fait son cycle sur cette planète, le groupe s'était dissout, lan glandait à Los Angeles. Que dites-vous de ça ? On l’a invité. C'est un très grand chanteur. Nous l'avions repéré pendant le show VH1. lan est le mec. Nous l'avons appelé et il a tout de suite répondu présent. Boom, boom. boom. Plus simple, il n'y a pas.

 

R&F : Où est John Densmore, le batteur originel ?

Ray Manzarek : Il souffre malheureusement d'acouphènes. Son tympan siffle et bourdonne, jour et nuit. C'est un cas classique, mais les médecins lui interdisent d'approcher d'un concert de rock. Impossible.

 

"Les gens ont besoin de toucher les Doors"

 

Un groupe libre

R&F : II a été remplacé par Stewart Copeland, le batteur de Police qui est parti depuis ...

Ray Manzarek : Pauvre Stewart ! Il a donné quelques concerts avec nous et les critiques étaient fabuleuses. Là-dessus Stewart s'est cassé le bras en faisant une chute de vélo sur Santa Monica Beach. L'horreur ! Il s'est cassé la clavicule, ce qui arrête quand même la plupart des batteurs. Du coup nous avons recruté Ty Dennis, le batteur des Motels.

 

R&F : Allez-vous profiter de cette information pour sortir un album live ? Un DVD ?

Ray Manzarek : Le DVD arrive. Nous allons filmer notre aventure européenne, et il est évident que nous allons inclure des images de Paris. Un peu du concert, mais surtout notre pèlerinage sur la tombe de Jim, au Père Lachaise. Car nous y serons ! Nous comptons faire un petit rituel, réciter des prières ...

 

R&F : Nous parlons d'un chanteur mort dont la musique reste incroyablement forte et présente. Mon rédac1 chef aimerait savoir si vous avez des apparitions de Jim Morrison le soir ?

Ray Manzarek : Bien sûr. Absolument. Vous pouvez écrire cela, oui. Le fantôme de Jim Morrison suit cette tournée. L'énergie, l'esprit, Jim est là, tout le temps, avec nous. Peut-on parler de fantôme ? Je n'aime pas ce mot. Mais l'énergie de Jim est là. Et ce n'est ni triste, ni effrayant. C'est tout à fait joyeux. Jim est là, c'est mon ami, je suis heureux. C'est comme une tournée de retrouvailles avec mon vieux copain. Jim est là et il n'a pas changé. Il nous fait rire. J'aime jouer ses chansons.


R&F : Ce n'est pas trop dur pour lan, cette expérience ?

Ray Manzarek : Nous n'avons donné qu'une seule recommandation à lan : sois toi-même. Il n'est pas là pour imiter Jim Morrison. Il est le nouveau chanteur de Ray et Robbie, tous ensembles nous jouons des chansons des Doors. Vous voyez la différence ? Ce qui est intéressant, c'est que lan reste lui-même. Mais …

 

R&F : Mais ?

Ray Manzarek : Eh bien, les deux hommes sont sur la même longueur d'onde. Ils occupent le même espace psychique. Ce sont des archétypes similaires. Ils ont un zeste de chamanisme en eux, Ian est un type fasciné par les Indiens peaux rouges, comme Jim, fasciné par le zen et le bouddhisme, comme Jim, Ils sont tous deux chrétiens celtes. Et païens, très païens. Franchement, je vais de surprise en surprise ...

 

R&F : Et la musique ? Quelle option avez-vous choisie ? La re-création des grandes heures du groupe façon "Absolutely Live" ?

Ray Manzarek : Les Doors sont et resteront toujours un groupe d'improvisation maximale. Notre musique change tous les soirs. Nous ne sommes pas prisonniers d'une structure greatest hits.C'est tout l'intérêt de reprendre la route. Personnellement, je n’ai jamais joué deux fois le même solo, je ne vais pas commencer maintenant (rires). Nous avons une structure rythmique, mais l'improvisation est là. Chaque soir, nous jouons "Light My Fire". L'intro est la même, chaque soir, mais ensuite, nous reprenons tous notre liberté et jouons ce que nous voulons. Robbie fait son solo sans limite de temps. En ce sens, les Doors sont un groupe de jazz, finalement, en tout cas un groupe libre.

 

R&F : Vous avez donc tourné avec les Doors dans les sixties et maintenant dans ce nouveau siècle. Quelles sont les différences ?

Ray Manzarek : Aucune ! Nous avons toujours des émeutes, presque tous les soirs, mais ce sont des émeutes d'amour. Pas de concert sans que les gens chargent, débordent la sécurité et montent sur scène pour nous embrasser, nous étreindre, nous toucher. Les gens ont besoin de toucher les Doors. Que de joie, nous assistons à de bouleversantes explosions d'émotion. Je me demande ce qui va se passer à Paris ...

 

 

Poésie et rock'n'roll

R&F : On sent que l'expérience pourrait dépasser le cadre d'une simple tournée ...

Ray Manzarek : nous serons effectivement en studio en 2004. Nous allons répéter de nouveaux titres dans quelques semaines. Et vous allez aimer. Qu'avions-nous dans les Doors ? Mon pote le poète, Jim. Au départ, ce groupe avait été créé pour combiner poésie et rock’n’roll. Comme les beatniks combinaient jazz et poésie … Donc nous allons enregistrer un album avec des textes de poètes américains. Jim Carroll, Michael McClure, John Doe de X, lan Astbury lui-même ... Je peux déjà vous donner quelques titres : "The Eagle In The Whirlpool". "Reign Of Terrer", "Street Of Crocodiles" et "Cops Talk", une chanson étrange, fantastique.

 

R&F : Tout récemment, on à découvert sur la énième compilation des Doors un inédit de 17 minutes, "Célébration Of The Lizard". Avec Jim en forme olympienne. Ça sort d'où ?

Ray Manzarek : Cette version est une version de travail. Notre première tentative en studio. En fait, nous nous demandions si le titre tenait ou non. Là, vous entendez réellement le groupe en pleine improvisation, sur le fil. A cause de sa structure très complexe, la chanson a mieux fonctionné en public et a été présentée sur "Absolutely Live". Mais la version de "Legacy" méritait de voir le jour.

 

R&F : Vous avez d'autres merveilles de ce calibre en stock ?

Ray Manzarek (rires) : On ne sait pas. On ne sait jamais. Il se pourrait que d'autres ovnis refassent surface ...

 

R&F: Quelle sera la première chanson à Paris ?

Ray Manzarek : Imaginez le noir absolu, total. … Nous prenons la scène ... Une voix hurle : "Ladies and gentlemen, from Los Angeles. California, the Doors" et vous devinez la suite ...

 

R&F : "Roadhouse Blues"!

Ray Manzarek : Exactement. Robbie attaque le riff et bang, voilà les Doors troisième millénaire ! On ne peut évidemment pas tout jouer, pas les sept albums, mais on tente d'en caser un maximum en deux heures et demi. J'ai hâte de vous voir à Paris, nous allons rocker !

Recueilli par Daniela Crochet : The Doors, concert au Zénith (Paris), 9 décembre 2003


Riders On The Storm

Rebaptiser Riders On The Storm, en 2005, l’histoire des Doors peut alors suivre son cours … Au clavier : Ray Manzarek, évidement, 66 ans et toujours en pleine forme. A la guitare : Robby, bien sûr, seulement 59 ans, et des riffs monumentaux.

 

Pour la partie chant : Brett Scallions, né le 21 décembre 1971 à Brownsville, Tennessee. Chanteur du groupe FUEL.

A la basse : Angelo barbera. Durant les années 1990, il a travaillé avec des musiciens tels que The Motels, Lita Ford, … En 2000, il a auditionné et rejoint le band de Krieger. Plus tard, il est à la dernière réunion compète des Doors, sur VH1 Storytellers. En 2002, il continue avec The Doors of the 21st Century, avec qui il reste pendant quelques années avant d’être remplacé par Phil Chen à cause de sa peur de l’avion.

Phillip Chen est né à Kingston. Bassiste chinois-jamaïcain, le plus demandé et utilisé des années 70 et 80. Chen a travaillé avec de nombreux musiciens de renoms : Brian May, Van Halen, Rod Stewart, Peter Townshend, Eric Clapton, Ray Charles, Desmond Dekker, Jerry Lee Lewis, Bob Marley, Jimmy Cliff, Jackson Browne, … En 2004, Phil rallie les Riders On The Storm.

Aux percutions : Ty Dennis, né le 19 janvier 1971 à Orange en Californie. « Ty Dennis est un batteur très chaud. Si vous voulez quelques beat lourds, sérieusement sur votre projet, je vous suggère de monter à bord avec Ty, dès que possible. J’ai travaillé avec lui pendant 7 années et il est mon batteur préféré. J’ai joué avec beaucoup de gars, et Ty est mon numéro 1 d’appel. Vous l’appelez et il va mettre quelques grands tambours sur votre projet. Et le faire maintenant ! Mon nom ? Ray Manzarek ».

Accompagné de tout ce petit monde,

les Doors poursuivent leur tournée …

 

 

 

En 2006, les Doors ont reçu un Grammy Award d’honneur pour la totalité de leur carrière.

Laissez vos commentaires. Merci !!!
Contacter l’auteur